Litteratura.com
Recherche    
Charles Baudelaire livresrechercheforumsressourcesgaleriecontactchroniques

Vie de Charles Baudelaire
Correspondance
Biographie
Personnages

Oeuvre de Charles Baudelaire







un certain regard
Articles
Axes d'études
Contemporains
oeuvre
Essai  -  à voir aussi : Critiques Journal Nouvelles Prose Vers 

Les Paradis artificiels

Baudelaire sous l'effet du haschisch, par lui-même (1844)

Inspiré des Confessions d'un Anglais mangeur d'opium (1822) de Thomas de Quincey.
La première partie des Paradis Artificiels parut le 30 septembre 1858 dans la Revue contemporaine, sous le titre De l’Idéal artificiel, le Haschisch. Puis paraîtra la seconde, les 15 et 30 janvier 1860 dans la même revue : Enchantements et tortures d’un mangeur d’opium, qui est en fait une adaptation des Confessions d’un Anglais mangeur d’opium de Thomas de Quincey. Les textes seront réunis sous le titre des Paradis Artificiels dans l’édition de Poulet-Malassis de 1860.
Sur un style analytique, Baudelaire y décrit de façon clinique les effets des drogues. S'inspirant de son expérience, il y transcrit l'idée que la drogue permet aux hommes de se transcender pour rejoindre l'idéal auquel ils aspirent.
Et pourtant Baudelaire n’était pas un grand consommateur de drogues. Il découvre le haschisch à l’hôtel Pimodan, s’abandonne quelques temps aux délices de « cette pommade verdâtre », mais n’en abuse pas. Gautier prétend même que le poète s’est surtout contenté d’observer lors de ces séances du « Club des Haschischins ». L’opium lui était plus familier, sous la forme du laudanum prescrit pour apaiser ses douleurs d’estomac. L’accoutumance l’avait amené à augmenter progressivement les doses, mais dans son cas on ne pouvait parler de réelle intoxication à la substance. Quincey, pour qui la pratique de l’opium avait rapidement tourné à la toxicomanie, était ce mangeur d’opium; Baudelaire s’attache à reprendre fidèlement l’original, traduisant les passages principaux en les agrémentant à l’occasion de ses réflexions personnelles.

Pages liées

Du Vin et du Haschisch

 
retour au choix de l'oeuvre 
<< Voir les pages liées à ce texte 
Télécharger cette oeuvre

Sommaire de l'oeuvre
 
Ne cherchez plus mon coeur, les bêtes l'ont mangé -- Le cri du sentiment est toujours absurde ; mais il est sublime, parce qu'il est absurde. -- Il n'existe que trois êtres respectables : le prêtre, le guerrier, le poète. Savoir, tuer et créer. -- Manier savamment une langue, c'est pratiquer une espèce de sorcellerie évocatoire. -- L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu. -- Dieu serait injuste si nous n'étions pas coupables. -- Il y a autant de beautés qu'il y a de manières habituelles de chercher le bonheur. -- Pourquoi les démocrates n'aiment pas les chats, il est facile de le deviner. Le chat est beau; il révèle des idées de luxe, de propreté, de volupté, etc. -- Bien qu'on ait du coeur à l'ouvrage, l'Art est long et le temps est court. -- Le diable, je suis bien obligé d'y croire, car je le sens en moi ! -- Un homme qui ne boit que de l'eau a un secret à cacher à ses semblables.Le Salon de 1845
Le Salon de 1846
Le Salon de 1859
La Fanfarlo
Les Fleurs du mal, première édition (1857)
Les Fleurs du mal, seconde édition (1861)
Le Spleen de Paris
Mon coeur mis à nu
Les Paradis artificiels
Comment on paie ses dettes quand on a du génie
Conseils aux jeunes littérateurs
Les Drames et les romans honnêtes
Peintres et aquafortistes
Morale du joujou
Madame Bovary par Gustave Flaubert
Du Vin et du Haschisch
Fusées
Le musée classique du bazar Bonne-Nouvelle
Exposition universelle
Les Misérables par Victor Hugo
Richard Wagner et Tannhäuser à Paris
Le peintre de la vie moderne
Choix de maximes consolantes sur l'amour
L'école païenne
Les fleurs du mal, fleurs maladives, la fleur du mal, fleurs du mal de Charles Baudelaire. Les Fleurs du mal Le Spleen de Paris, Les Petits poèmes en prose,poésie en prose, recueil majeur. Le Spleen de Paris e-coursier, envoi de fichiers volumineux
 
 
"Tout enfant, j'ai senti dans mon coeur deux sentiments contradictoires, l'horreur de la vie et l'extase de la vie." 
 
Ajoutez cette page à vos favoris.            Recommander cette page à vos amis.            Inscrivez-vous à la lettre de diffusion.            Pourquoi pas de la littérature sur la toile ?...